Gaza : Dieu pleure à travers les yeux des enfants

Ici, Dieu pleure à travers les yeux des enfants, a déclaré à l'agence italienne SIR le père Gabriel Romanelli, curé de l'unique paroisse catholique de Gaza.

Plus de 600 réfugiés chrétiens sont hébergés dans les bâtiments de la paroisse. "Bombardements constants, panneaux solaires détruits, réservoirs d'eau inutiles sur les toits, manque de nourriture et maintenant aussi la pluie qui inonde certaines zones où les déplacés passent habituellement la nuit", c'est ainsi que le prêtre décrit la situation dans la paroisse de la Sainte-Famille.

L'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre et les représailles israéliennes contre Gaza ont conduit le père Romanelli, un Argentin de l'Institut du Verbe Incarné, à Bethléem, d'où il ne peut actuellement pas retourner à Gaza. Il est cependant en contact avec le vicaire de la paroisse, le père Youssef Asaad, des religieuses et quelques laïcs. Il regarde les photos qu'ils lui envoient. "Gaza est méconnaissable. Ce ne sont que des ruines. Mais cela ne nous empêchera pas de faire la fête", annonce le curé quelques jours avant Noël.

La coutume voulait que le patriarche latin de Jérusalem se rende à Gaza dans les jours précédant Noël, mais la guerre a "tout bloqué", juste l'année où Mgr Pierbattista Pizzaballa est devenu cardinal.

"Nous lui avons réservé un accueil chaleureux avec des enfants déguisés en cardinaux entrés dans l'histoire comme saints ou bienheureux", a révélé le père Romanelli, ajoutant qu'il s'agissait de "vœux de sainteté" pour le hiérarque.

En outre, en raison de la guerre, par solidarité avec les victimes, "dans tout le diocèse patriarcal de Jérusalem", tous les événements traditionnels de Noël, y compris les défilés de scouts, ont été annulés. Noël ne sera célébré qu'à l'intérieur des églises.

Pour le père Romanelli, le meilleur cadeau de Noël serait une véritable trêve, un cessez-le-feu permanent. "Chaque jour de guerre supplémentaire est synonyme de mort, de destruction, de blessures, de douleur et de haine. Nous prierons pour que les armes se taisent, pour que les blessés et les malades soient soignés, pour que les prisonniers et les otages soient libérés. Nous demandons que l'aide parvienne à tous, même au nord [de la bande de Gaza], où 400 000 habitants n'ont plus rien. Pendant les guerres précédentes, il restait quelque chose, je veux dire des magasins, des hôpitaux, des écoles, des lieux de repos. Maintenant, il n'y a plus que des décombres", déplore le pasteur de Gaza.

Il dresse également le bilan tragique du conflit jusqu'à présent : "plus de 18 000 victimes palestiniennes, plus de 1 200 victimes israéliennes, 50 000 blessés palestiniens et plus de 5 400 israéliens, plus de 7 700 enfants tués".

En même temps, il pense déjà à la reconstruction de l'après-guerre. "Il faut demander à Dieu la force de reconstruire et la foi que cela sera possible. Sinon, où iront les 2,3 millions d'habitants de Gaza, que feront-ils et comment vivront-ils ? La communauté internationale ne doit pas les abandonner", souligne le religieux.

À lire aussi | La joie douce, belle et salvatrice - Homélie pour le 3ème dimanche de l'Avent

Il note que les chrétiens de Gaza ne cessent de prier. Chaque jour, la petite église est pleine pendant la messe du matin et du soir, le chapelet et l'adoration eucharistique. "L'autel de Gaza n'est pas seulement fait de pierre, c'est un tabernacle vivant. C'est ainsi que nous nourrissons la vie spirituelle de nos croyants, un peu plus d'un millier, dont une centaine de catholiques, sur 2,3 millions de musulmans. De là vient la force de témoigner de notre foi par la charité envers tous, sans distinction de religion, en travaillant dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'aide sociale, en donnant de l'espoir à toutes ces personnes qui sont dans la plus grande prison du monde, Gaza, depuis plus de 16 ans", explique le père Romanelli.

Il rappelle qu'en octobre, la paroisse a accueilli plus de 2 500 réfugiés à l'école Holy Family. Il ajoute que "tous souffrent, la douleur ne fait pas de différence entre chrétiens, juifs, druzes, musulmans, croyants et non-croyants".

La force de les aider "vient de la foi en Jésus". "Ce n'est pas facile, parce que nous sommes parfois tentés de chercher un endroit plus calme, mais nous devons rester proches des gens qui souffrent, parce qu'à Gaza aussi, Dieu pleure, il pleure à travers les yeux des enfants orphelins, de ceux qui ont perdu des membres, de beaucoup de ceux qui ont perdu leur liberté. Dans cette mission, les chrétiens de Gaza bénéficient du soutien quotidien du pape François, du patriarche, du cardinal Pierbattista Pizzaballa et de centaines de milliers de personnes, chrétiennes ou non, qui appellent à la paix et à la justice", souligne le prêtre argentin.

Cet article a été initialement publié par Ekai puis traduit par LeCatho | Lien original.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *