in , , , ,

Un diocèse italien exhorte les catholiques à participer à l’iftar

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un diocèse italien demande à ses prêtres de participer aux rituels islamiques, citant les directives du pape François sur le dialogue interreligieux.

Le diocèse de Bergame a publié lundi un communiqué exhortant les prêtres à rechercher des occasions de dialogue interreligieux pendant le « mois sacré » du Ramadan en invitant les fidèles à prier avec les musulmans et à participer au repas rituel au coucher du soleil (Iftar).

La lettre du diocèse du nord de l’Italie demande aux fidèles de prier pour « une réalisation continue de toutes les dimensions qui composent l’humanité voulue par le Créateur » et pour « une croissance continue du dialogue entre les peuples et les différentes confessions« .

Le père Massimo Rizzi, directeur du bureau du dialogue interreligieux du diocèse, qui a signé la directive, a contrarié les catholiques locaux en datant la lettre selon le calendrier islamique (23 Sha’ban 1445).

Le père Rizzi a expliqué que le ramadan était « un moment fort (pour les musulmans) pour promouvoir leur pratique religieuse » ainsi qu’un mois de jeûne et de prière et un moment de fête et de partage.

Le père Rizzi a écrit que le pape François avait souligné « l’importance du dialogue interreligieux pour donner un avenir à une société comme la nôtre, de plus en plus caractérisée par le pluralisme culturel et religieux« .

Citant l’encyclique Fratelli tutti du pape François et notant le geste du Saint-Père qui a signé un document commun avec le grand imam d’Al Azhar Ahmed Al-Tayyeb, M. Rizzi a exhorté les prêtres à être d' »authentiques médiateurs« .

« Ce dialogue interreligieux est une condition nécessaire à la paix dans le monde et est donc un devoir pour les chrétiens comme pour les autres communautés religieuses« , a ajouté M. Rizzi, citant l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium de François.

Dans des commentaires adressés au Catholic Herald, l’islamologue Robert Spencer a expliqué que « l’idée que le Ramadan offre une possibilité de rapprochement avec les musulmans est une démonstration tragicomique des échecs et des limites inhérentes à l’impératif de « dialogue »« .

Spencer, auteur de plus de 23 livres sur l’islam et le Moyen-Orient, a déclaré :

« Le Ramadan est un mois au cours duquel les musulmans doivent redoubler d’efforts pour plaire à Allah. La forme la plus élevée de service à Allah, selon Mahomet, est le djihad, qui implique principalement la guerre contre les incroyants. C’est pourquoi, à chaque Ramadan, nous assistons à une augmentation des attentats du djihad. L’idée que c’est le moment de rechercher l’amitié et la coopération avec les musulmans est d’une naïveté risible et démontre une ignorance abjecte de l’islam« .

En réponse à l’appel au dialogue lancé par la lettre du diocèse dans l’espoir de résoudre la crise du Moyen-Orient, M. Spencer a souligné que le Vatican n’avait pas abordé la clause de la charte du Hamas qui menace Israël de génocide.

Dans son préambule, la charte du Hamas déclare : « Israël existera et continuera d’exister jusqu’à ce que l’islam l’anéantisse, comme il en a anéanti d’autres avant lui« .

Le commentateur italien Aldo Maria Valli a critiqué le diocèse pour avoir incité les catholiques à prier pour le Ramadan le dimanche de Lætáre pendant la Sainte Messe, lorsque l’Église « se souvient de la libération d’Israël de l’esclavage égyptien et de la libération du peuple chrétien de l’esclavage de Satan et du péché« .

En 2020, le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux a commencé à encourager les chrétiens à participer au repas rituel islamique de l’iftar pendant le ramadan.

Alors que plusieurs responsables catholiques ont affirmé qu’ils participaient à un repas communautaire sans signification religieuse, les musulmans insistent sur le fait que « l’Iftar n’est pas simplement une question de dîner, mais a une « grande signification » puisqu’il s’agit d’une « combinaison de nourriture spirituelle et physique« .

L’Iftar est « une source d’apprentissage spirituel » et « un moment d’inspiration » car « c’est le moment où la nourriture physique est transformée en nourriture spirituelle« , précise le site web de l’Esprit de l’islam. « C’est un dîner combiné à une expérience spirituelle. C’est comme une forme d’entraînement obligatoire« .

Les catholiques italiens ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le diocèse « n’apprend pas de ses erreurs » après qu’une église de Bergame a été profanée en novembre par un autel aztèque associé au culte ésotérique et païen de Nuestra Señora de la Santa Muerte (Notre-Dame de la Sainte Mort).

Se référant à la profanation de Bergame, l’éminente romancière et historienne italienne Elisabetta Sala a déclaré au Catholic Herald que « le dialogue et la participation interconfessionnels ont toujours été unidirectionnels » et « une stratégie perdante » en ce qui concerne « la grande mission de Jésus de prêcher l’Évangile au monde entier« .

« De l’eau est ajoutée au vin chaque jour« , a déploré M. Sala. « De nombreux clercs sont de facto des apostats qui ont renoncé à l’unicité et au caractère définitif de Jésus, qui prétendait être ‘le chemin, la vérité et la vie’ et le seul chemin vers le Père« .

Le culte païen « accepte ouvertement l’avortement, l’utilisation de préservatifs, admet les transsexuels dans son église et de nombreux Mexicains LGBT le prient de les protéger de l’homophobie et de l’intolérance« , a rapporté le blog italien Messa in Latino.

Des témoins ont rapporté que des païens avaient célébré une cérémonie en l’honneur de deux démons païens du culte aztèque, le dieu Mictlantecuhtli et la déesse Mictecacihuatl. Les catholiques locaux ont ensuite demandé à l’évêque de Bergame, Francesco Beschi, de procéder à un acte de réparation dans l’église.

Les musulmans de Bergame forment une communauté en forte croissance, estimée entre 4 500 et 6 500 personnes, selon Giacomo Angeloni, conseiller pour les services démographiques de la municipalité locale. En février, l’hôtel Aquiletta de Bergame a été transformé en centre culturel musulman.

À lire aussi | Saint Paulin de Nole s’offre en esclavage pour sauver un homme

Les évêques italiens ont prôné le dialogue interreligieux comme moyen de désamorcer les tensions entre les Italiens conservateurs et les communautés islamiques immigrées, après un épisode historique en 2003, lorsqu’un tribunal a donné raison à Adel Smith, défenseur des droits des musulmans, en ordonnant le retrait des crucifix d’une école primaire publique où ses enfants étaient scolarisés.

Adel Smith a décrit le crucifix comme un « petit corps sur deux bâtons de bois« .

Cet Écossais converti à l’islam a également fait pression pour que la fresque de Giovanni di Modena, datant du XVe siècle, soit retirée de la cathédrale de Bologne et que La Divine Comédie de Dante soit supprimée des programmes scolaires, car ces deux œuvres représentent le prophète de l’islam, Mahomet, en enfer.

Cet article a été initialement publié par Catholic Herald puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire