in , , , , , , , ,

Nefarious: Un film qui décrit fidèlement la possession et le diable

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Nefarious est considéré par les prêtres, les exorcistes et les responsables catholiques comme un film qui dépeint fidèlement les complexités de la possession démoniaque, « Nefarious » est pourtant entouré d’un silence feutré.

Je pensais que ce film n’en valait même pas la peine, car je n’aime ni ne regarde les films d’horreur. Et un film qui parle d’un homme possédé par le diable est sans aucun doute un film d’horreur. Mais l’insistance de mon neveu, qui connaît bien mes goûts et ne me soumettrait pas à quelque chose qui me mettrait mal à l’aise, a fini par me convaincre.

Il m’a dit : « Mon oncle, j’ai mis du temps à me décider à regarder ce film et je ne l’ai fait que sur l’insistance de quelques amis, mais quand je l’ai vu, la première personne à laquelle j’ai pensé, c’est toi et j’insiste pour le revoir, avec toi, pour avoir ton avis« .

Qu’il soit bien clair que j’ai accepté de le regarder, même si c’était avec une certaine réticence. Mais, par respect pour mon estimé neveu, qui a voyagé de la capitale à ma ville pour revoir le film avec moi, j’ai accepté.

Le diable parle à travers le prisonnier

Comme le film dépeint la possession démoniaque, je me suis assis sur le canapé, prêt à voir des nuques tordues, des cris, des lévitations et d’autres effets spéciaux, à la manière de l’Exorciste.

Cependant, je peux vous dire que si, contrairement à moi, vous êtes du genre à aimer les films d’horreur, ne vous attendez pas à trouver quoi que ce soit qui ressemble à ce genre de film. Le seul effet, si l’on peut appeler cela un effet, est la voix légèrement gutturale du personnage principal dans les moments où il est « possédé« . Les chaises et autres objets ne volent pas, le lit ne rebondit pas et les armoires ne bloquent pas la porte de la chambre.

Nefarious ne vous procurera pas les sensations que vous attendez en regardant un film d’horreur, mais, pendant une grande partie du spectacle, il y a plusieurs monologues, avec de belles répliques du condamné à mort qui prétend être possédé par le diable. En fait, il ne prétend pas être possédé, car c’est le diable lui-même qui parle à l’orateur, qualifiant le condamné d' »hôte« .

Tenter de prouver l’existence du diable

L’histoire tourne autour de la guerre psychologique. Le prisonnier et supposé possédé est condamné à mort. Cependant, si son aliénation mentale est prouvée, il pourrait être libéré de la peine capitale et purger une peine d’emprisonnement à perpétuité. Il s’agit alors de prouver que le vrai coupable est le diable.

Ce qui est impressionnant, c’est de voir qu’il se passe la même chose aujourd’hui : le diable essaie d’effacer ses actes. Ainsi, le condamné est soumis à l’évaluation d’un psychiatre pour prouver qu’il est « fou« .

Le monde moderne a l’impression que le diable est une légende, une création de l’Église catholique pour intimider les fidèles, comme je l’ai entendu dire par des athées, des agnostiques et même des catholiques. À cet égard, il existe un argument très facile à utiliser : il suffit de leur rappeler que le mot « Satan » apparaît 62 fois dans les Saintes Écritures (27 dans l’Ancien Testament et 35 dans le Nouveau Testament) et « diable » 63 fois (dans le Nouveau Testament). Sans parler d’autres noms tels que « Belzébuth« , « adversaire« , « Bélial« , « dévoreur« , « destructeur« , ange déchu, etc.

Ce n’est donc pas l’Eglise catholique qui l’a inventé, ni celle qui va amener les gens à ne pas croire en l’existence du mal, en précisant bien que le diable existe et n’est pas un concept :

« Le mal n’est pas une abstraction, mais désigne une personne, Satan le Malin, l’ange qui s’oppose à Dieu. Le « diable » (« diabolos ») est celui qui « se met en travers » du plan de Dieu et de son « œuvre de salut » accomplie dans le Christ« . (CEC – n. 2851)

À lire aussi | Un diocèse italien exhorte les catholiques à participer à l’iftar

Il y a des dizaines d’autres citations sur l’existence réelle du diable dans le Catéchisme, dont je souligne les points 391 à 395.

Représentation fidèle de la possession démoniaque

En plus d’une bonne intrigue et de nombreux points de réflexion, le film fait de vraies révélations sur la subtilité des actions du diable sur les personnes qui s’ouvrent à son influence.

La production est réalisée par deux cinéastes catholiques, Cary Solomon et Chuck Konzelman, et est basée sur le livre A Nefarious Plot, de l’auteur américain Steve Deace.

Selon des prêtres et des exorcistes, le film offre une représentation fidèle de la possession démoniaque, contrairement aux films d’horreur produits par la puissante industrie du divertissement et rendus célèbres au cinéma. Avec leurs productions caricaturales et souvent bizarres, les films de ce genre sont avant tout destinés à susciter la peur et à attirer l’attention des amateurs d’horreur.

Nefarious, quant à lui, est une intrigue psychologique qui vise à amener le spectateur à de grandes réflexions et à la connaissance de faits réels sur les possessions et l’action démoniaque. Il dépeint la dure réalité de la guerre spirituelle entre le bien et le mal, et les dangers des portes ouvertes à l’entrée du malin.

Cet article a été initialement publié par Gaudium Press puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire