À propos de la virginité, réflexions sur la morale de l'Église

La valeur de la virginité, dans les discussions actuelles - que ce soit dans les journaux mainstream de l'immoralité postmoderne ou même dans la théologie et l'Église, on n'en parle plus sérieusement, bien au contraire.

Dans "Familiaris consortio", Jean-Paul II a au contraire souligné la grande valeur de la virginité :

"Le mariage et la virginité sont les deux manières de présenter et de vivre l'unique mystère de l'alliance entre Dieu et son peuple. Sans respect pour le mariage, il ne peut y avoir non plus de virginité consacrée ; si la sexualité humaine n'est pas considérée comme une grande valeur donnée par le Créateur, même le renoncement à celle-ci pour le Royaume des cieux perd sa signification".

Aujourd'hui, au regard des efforts visant à relativiser le mariage - à tous les niveaux de la société -, on peut confirmer ce que Saint Jean Chrysostome a déjà exposé. Jean-Paul II cite ses paroles :

"Celui qui dévalorise le mariage diminue aussi la splendeur de la virginité ; celui qui, au contraire, l'exalte en fait ressortir davantage l'admirabilité et la rend plus lumineuse".

L'homme qui vit de manière virginale se trouve aussi corporellement dans "l'attente des noces eschatologiques du Christ avec l'Église", il se donne entièrement à l'Église et espère que le Christ se donnera à l'Église, "dans la pleine vérité de la vie éternelle" : "L'homme virginal anticipe ainsi dans sa chair le monde nouveau de la résurrection à venir (cf. Mt 22,30)".

Nous pouvons également dire que celui qui dévalorise la virginité s'oppose également à l'Évangile de Jésus-Christ. Jean-Paul II souligne : "En vertu de ce témoignage, la virginité maintient éveillée dans l'Église la conscience du mystère du mariage et le défend contre toute réduction et tout appauvrissement".

En renonçant à la fécondité corporelle, la "personne vierge" devient à sa manière "spirituellement féconde", devient en ce sens "père ou mère de beaucoup" et "aide à la réalisation de la famille selon le plan de Dieu" : "Les époux chrétiens ont donc le droit d'attendre des personnes vierges le bon exemple et le témoignage de fidélité à leur vocation jusqu'à la mort. De même que pour les époux, la fidélité devient parfois difficile et exige sacrifice, mortification et abnégation, il peut en être de même pour les personnes vivant de manière virginale. La fidélité de ces derniers, même dans l'épreuve éventuelle, doit servir la fidélité des premiers".

Le Pape élargit en outre la perspective de ceux qui vivent de manière virginale sans être appelés à un état spirituel. Ceux qui partagent cette forme de vie peuvent peut-être, en suivant l'exemple, participer à la joie de la famille - par exemple dans le parrainage - et accepter le service dans le célibat :

"Ces réflexions sur la virginité peuvent aussi devenir une illumination et une aide pour ceux qui ont dû renoncer au mariage contre leur gré et qui ont ensuite affirmé leur situation dans un esprit de service".

À lire aussi | Le sang de Saint Janvier se liquéfie à Naples une troisième fois

Dans l'ensemble, nous voyons qu'il y a une grande richesse et de nombreuses possibilités de servir le Seigneur et d'aimer l'Église dans les modes de vie de beaucoup. La virginité est un don, un bien et un trésor précieux. N'oublions pas non plus que ceux qui s'expriment avec mépris sur le célibat expriment leur verdict sur le mode de vie de Jésus.

Cet article a été publié originellement et en allemand par le Catholic News Agency (Lien de l’article).

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *