Attentat durant la célébration de la Sainte Messe aux Philippines

Au moins trois personnes ont été tuées et d'autres blessées dimanche dernier lors d'une explosion pendant une messe dans le sud des Philippines.

Les autorités enquêtent sur la possibilité que des militants pro-État islamique soient responsables de l'explosion, qui a provoqué la panique sur le campus de l'Université d'État de Mindanao à Marawi, sur l'île de Mindanao. La province, située aux frontières de la Malaisie et de l'Indonésie, abrite plusieurs groupes militants islamistes luttant contre le gouvernement philippin.

"C'est clairement un acte de terrorisme. Ce n'est pas un simple différend entre deux personnes. Une bombe tuera tout le monde autour", a déclaré Taha Mandangan, chef de la sécurité de l'université, à l'Associated Press. L'explosion a laissé les victimes ensanglantées et étendues sur le sol, a-t-il ajouté.

Reuters et d'autres médias ont rapporté que trois personnes ont été tuées et neuf blessées. Un responsable gouvernemental a ensuite déclaré que quatre personnes étaient décédées et des dizaines d'autres étaient blessées.

Le responsable, Carlito G. Galvez Jr., un général à la retraite de l'armée philippine servant en tant que conseiller présidentiel auprès du président philippin Ferdinand Marcos Jr. sur le processus de paix, a condamné la violence dans une déclaration.

À lire aussi | Regardez ! Une Homélie pour le Premier Dimanche de l’Avent

"Cette attaque horrible, qui s'est produite pendant une messe et la Semaine de la paix à Mindanao, montre les méthodes impitoyables que ces éléments sans loi utiliseront pour semer la peur, la colère et l'animosité parmi notre peuple. Nous ne permettrons pas que cela se produise", a déclaré Galvez. "Un acte aussi barbare n'a pas sa place dans une société humaine civilisée et pacifique."

L'Université d'État de Mindanao a publié une déclaration sur Facebook indiquant qu'elle était "profondément attristée et consternée par l'acte de violence qui s'est produit lors d'une réunion religieuse". L'université a annoncé la suspension des cours jusqu'à nouvel ordre.

Le pape François a présenté immédiatement ses condoléances et a exprimé sa proximité spirituelle avec toutes les personnes touchées par l'attentat, après qu'au moins quatre personnes ont été tuées et 54 blessées dans l'attentat à la bombe lors de la messe catholique dimanche aux Philippines.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *