in , , , ,

Des enfants de Gaza arrivent à l’hôpital de Rome

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Quatre petits resteront à l’Hôpital Infantile de la Colline romaine du Janicule le temps nécessaire à leur récupération. Ils ont des pathologies orthopédiques, hématologiques et neurologiques. « Enfin, il y a un sourire dans leurs yeux », dit le père Ibrahim Faltas, vicaire de la Custodie de Terre Sainte.

« Enfin, nous avons vu le sourire dans les yeux de ces enfants. Ils sont heureux, car ils sont sortis de l’enfer, nous ont-ils dit. Pour eux, venir en Italie était un rêve, maintenant ils l’ont réalisé« .

Ainsi s’est exprimé, ému, le vicaire de la Custodie de Terre Sainte, le père Ibrahim Faltas, lors d’une rencontre avec des journalistes, cet après-midi, aux côtés de Tiziano Onesti, président de l’Hôpital Pédiatrique Bambino Gesù, et de l’ambassadeur de l’État de Palestine auprès du Saint-Siège, Issa J. Kassissieh, à l’issue d’une visite aux enfants qui ont atterri de Gaza lundi soir à l’aéroport de Ciampino, dont quatre seront pris en charge à l’hôpital pédiatrique du Vatican à Rome.

Espoir au milieu de la souffrance

« L’accueil qu’ils ont reçu ici est magnifique – ajoute le père Faltas – et c’est une indication que le Bambino Gesù accueille tous, sans distinction. Tous sont musulmans, ils viennent de la bande de Gaza et chacun a une histoire particulière derrière lui« . Parmi eux, il y a un petit garçon avec un problème orthopédique, dont le père, Mohamed Al Ashqar, journaliste, a vu mourir 26 membres de sa famille lors des bombardements ; tandis que sa femme a fui aux Émirats arabes unis, avec deux autres filles également malades.

« Ces petites filles avaient des maladies préexistantes« , explique Onesti, mais face à l’impossibilité de les traiter à Gaza, « où leur hôpital n’existe plus, nous avons décidé de les amener ici. Malheureusement, pour l’instant, ils sont peu nombreux, il y en a beaucoup plus. Bien sûr, pour eux, c’est maintenant un espoir, bien que malheureusement ce ne soit qu’une goutte d’eau dans l’océan par rapport au grand problème qui existe. Nous ressentons le besoin de prendre soin d’eux, avec un sentiment de proximité indépendamment de la religion ou d’autres facteurs, car c’est la vie, et nous sommes toujours pour la vie« .

« Deux enfants« , ajoute la docteure Lucia Celesti, responsable des services d’accueil de l’hôpital, « ont des pathologies neurologiques, l’un a des problèmes orthopédiques, un enfant a des problèmes hématologiques« , et ils resteront hospitalisés aussi longtemps que nécessaire pour leur rétablissement.

Père Faltas: Il est temps de dire stop à tant de morts

« Les sortir n’a pas été facile : nous avons parlé aux autorités palestiniennes, égyptiennes, israéliennes. Nous avions 100 noms sur la liste, mais jusqu’à présent, nous avons réussi à en amener seulement 11, avec 13 accompagnateurs« , explique Faltas. Il lance un nouvel appel à la communauté internationale. Le moment est venu de dire stop. Plus de 26 000 personnes ont perdu la vie, et 65 000 autres blessés n’ont pas la possibilité d’être soignés car les hôpitaux sont détruits. C’est pourquoi la communauté internationale doit intervenir pour arrêter cette guerre.

Le père Faltas lance un appel mondial : Il est temps de dire stop : plus de 26 000 personnes ont perdu la vie, et 65 000 autres blessés n’ont pas la possibilité d’être soignés car les hôpitaux sont détruits.

A lire aussi | Saint Jean Bosco, l’Ange des jeunes et des plus démunis

« Notre espoir – continue le Gardien de Terre Sainte – est qu’après toutes ces victimes, une solution au problème soit trouvée, que la paix soit trouvée : si ce n’est pas maintenant, après toutes ces victimes, alors quand ? Le moment est maintenant, et la solution est celle des deux États, la seule qui puisse garantir que Palestiniens et Israéliens puissent vivre en paix. Parce que la vérité est qu’en ce moment, personne n’est en paix : ni Juifs, ni Chrétiens, ni Musulmans, ni Palestiniens, ni Israéliens« , conclut-il.

L’ambassadeur Kassisieh, « au nom des dirigeants palestiniens et du peuple palestinien« , exprime également sa gratitude « à tous ceux qui ont fait ce geste au nom de nos enfants, qui sont maintenant sortis du tunnel. C’est déchirant d’entendre leurs histoires et celles de leurs familles« .

Et il rappelle combien le pape François « prie pour nous, pour Terre Sainte, pour la paix« , et comment il a « demandé immédiatement un cessez-le-feu, une aide humanitaire, l’ouverture des frontières et une solution à deux États. Nous espérons sortir de cette situation horrible, vers notre liberté« .

Cet article a été initialement publié par Vatican News puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire