in , , , , , , , , , , ,

Le film « L’exorciste du Pape » est une exagération anticléricale

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un exorciste espagnol reproche à Hollywood avec son film « L’exorciste du Pape » de représenter « le diable et l’Église dans le même camp contre un héros-exorciste ».

Jose Antonio Fortea, un célèbre exorciste espagnol, a déclaré que le film « L’exorciste du Pape« , prétendument basé sur la vie du célèbre prêtre italien Gabriele Amorth et mettant en vedette l’acteur Russell Crowe, présente « l’action du diable sur le possédé » de manière « exagérée » par rapport à ce qui se passe réellement dans un exorcisme réel.

Selon le prêtre, expert en démonologie et auteur de la « Summa Daemoniaca« , les exagérations de la fiction sont dues à une « vision défigurée » du pouvoir du démon.

« L’exorcisme est ce qui apparaît dans les Évangiles« , dit le Père Fortea, en se référant à des épisodes spécifiques et généralement dépourvus de descriptions cinématographiques.

Il note, comme une exception notable, que le récit évangélique « le plus spectaculaire » d’un exorcisme est celui des possédés de Gerasa, qui vivaient parmi les tombes et brisaient des chaînes. En chassant ces démons, Jésus les a conduits vers des animaux proches. Rappelant ce passage de la Bible, l’exorciste espagnol déclare :

« Si d’autres choses s’étaient produites dans cet exorcisme, ou dans d’autres, les évangélistes nous l’auraient dit« .

Fortea ajoute que les récits de guérisons portent « des descriptions variées et détaillées« , tandis que les récits d’exorcismes sont plus simples, bien que Jésus en ait effectué plusieurs.

« La substance des possessions est une rage au milieu d’une situation de transe. En de rares occasions, un événement plus frappant peut se produire, comme le vomissement d’un objet.« 

À propos du film « L’exorciste du Pape », le Prêtre espagnol commente :

« La vision du cinéma de l’action du diable chez les personnes possédées est exagérée. La vision hollywoodienne du pouvoir du diable est défigurée (…) Dieu a limité le pouvoir du diable pour que nous n’ayons pas peur de lui, pour ne pas favoriser l’attraction sur ses adorateurs potentiels. »

Il ajoute :

« Le travail de l’exorciste, par conséquent, est aussi plus humble : il consiste à prier, à faire de l’ascèse, à insérer des ordres de temps en temps pendant les rituels. L’exorciste ne fait pas de poses théâtrales ; rien de bizarre qui rapproche son travail de la magie« .

À lire aussi | La vertu du silence signifie-t-elle simplement de ne pas parler ?

Le Père Fortea critique également le fait que de nombreux scénaristes attribuent les « sombres secrets » à la « hiérarchie de l’Église« , caricaturant les Évêques et les Cardinaux comme « impliqués dans le mal » alors qu’ils semblent le combattre :

« Les scénaristes d’Hollywood sont extrêmement anticléricaux. Dans leurs histoires, nécessairement, cette hiérarchie doit être impliquée dans des événements horribles et sombres. Un film hollywoodien ne peut jamais montrer un combat entre le diable (le mal) et l’Église (le bien), mais le diable et l’Église dans le même camp contre un héros-exorciste.« 

Cet article a été publié originellement par Aleteia (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire