Pakistan : fin de l'étude obligatoire de l'islam pour les élèves non musulmans

Le Pakistan met fin à l'étude obligatoire de l'islam pour les élèves non-musulmans du primaire à la terminale et met en place un nouveau programme d'études permettant aux enfants d'étudier la religion à laquelle appartient leur famille.

Le nouveau programme d'éducation religieuse, approuvé le 22 janvier, élabore des plans d'études pour sept religions minoritaires au Pakistan, dont le christianisme. Ces cours seront proposés aux élèves non-musulmans en remplacement des cours "Islamiat", qui étaient auparavant obligatoires pour tous les étudiants.

Les plans de cours pour chacune des religions ont été développés par des experts en éducation religieuse de ces religions, selon une notification publiée par le ministère de l'Éducation fédérale et de la Formation professionnelle du Pakistan. Le nouveau programme entrera en vigueur lors de l'année académique 2025.

Naeem Yousaf Gill, le directeur exécutif de la Commission nationale (catholique) pour la justice et la paix (NCJP), a déclaré que la commission a participé à l'élaboration du programme d'études chrétien, bien que la mise en œuvre soit encore un défi à relever. La NCJP est un groupe de défense des droits de l'homme créé par la Conférence des évêques catholiques du Pakistan en 1985.

"Nous apprécions que le gouvernement ait impliqué la Commission catholique dans l'élaboration du programme d'études du christianisme", a déclaré Gill. "Cependant, sa surveillance et sa mise en œuvre représentent un autre défi. Les politiques en faveur des minorités échouent souvent dans notre pays. De plus, le processus à long terme nécessitera la formation des enseignants et une structure salariale."

Le programme d'études chrétien comprend l'étude de la Bible, la vie de Jésus-Christ, l'histoire de l'Église et les valeurs du christianisme, entre autres. Certains éléments du programme comprennent l'étude de la Trinité, les miracles du Christ, l'enseignement moral chrétien, le concept biblique du Messie et le Concile de Nicée.

Certains aspects du programme abordent également le christianisme au Pakistan spécifiquement. Il comprend une étude de la vie de saint Thomas l'apôtre et de son ministère en Asie du Sud. Il enseigne également le martyre, en particulier l'assassinat du Serviteur de Dieu Shahbaz Bhatti, un catholique qui a servi en tant que ministre des minorités au Pakistan. Des membres des talibans pakistanais ont tué Bhatti, un critique virulent des lois anti-blasphème du pays et un défenseur des droits des chrétiens.

Anjum James Paul, un catholique pakistanais et le président de l'Association des enseignants des minorités du Pakistan (PMTA), a également exprimé sa gratitude pour l'annonce du ministère. Il est également président du département de science politique du Government Post Graduate College Samundri dans la région du Pendjab au Pakistan.

"La PMTA est très reconnaissante envers le gouvernement du Pakistan, le Secrétariat du Conseil national des programmes et toutes les organisations et personnes qui ont soutenu la PMTA pour l'égalité des droits et des opportunités pour tous les étudiants sans discrimination", a déclaré Paul dans un communiqué.

Joop Koopman, porte-parole de l'Aide à l'Église en détresse États-Unis (ACN), a également salué la nouvelle. L'ACN est une œuvre de charité catholique axée sur la persécution des chrétiens dans le monde.

"Cela a été une bataille de 20 ans pour mettre fin à l'enseignement obligatoire de l'islam pour tous les étudiants", a déclaré Koopman. "C'est un rare exemple de très bonnes nouvelles pour les chrétiens et autres minorités non-musulmanes, la reconnaissance du droit des minorités de suivre leur propre foi dans le système éducatif du 1er au 12e degré."

Koopman a noté qu'il reste du travail à faire dans le système éducatif pakistanais.

"Le prochain obstacle consiste à éliminer les préjugés et le langage dénigrant les confessions minoritaires de tous les manuels scolaires et à présenter plutôt les différentes confessions dans un contexte d'harmonie interreligieuse", a déclaré Koopman.

À lire aussi | À la veille de la Déclaration des Droits de l’Homme

Les sept religions qui ont reçu des plans de cours approuvés par le gouvernement sont le christianisme, l'hindouisme, le bouddhisme, le zoroastrisme, le sikhisme, la foi bahá'íe et la religion tribale kalash.

Plus de 95% de la population pakistanaise est musulmane, mais plus de 2% de la population est hindoue et plus de 1% de la population est chrétienne. Cela représente plus de 4 millions d'hindous et plus de 2 millions de chrétiens.

Les chrétiens et d'autres minorités religieuses font toujours face à la persécution au Pakistan. En août dernier, plusieurs foules ont attaqué des communautés chrétiennes à Jaranwala après que deux chrétiens aient été accusés de profanation du Coran. En 2021, deux hommes armés ont tué un pasteur anglican, le révérend William Siraj, alors qu'il rentrait chez lui après l'église.

Le rapport 2023 sur la liberté religieuse dans le monde publié par l'Aide à l'Église en détresse a classé le Pakistan dans la catégorie "rouge", ce qui indique des niveaux élevés de persécution religieuse.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *