Canonisation équipollente pour 16 carmélites martyres à la révolution française

Canonisation équipollente pour 16 carmélites martyres à la révolution française

Le Pape François a accepté le 22 février d'ouvrir une canonisation équipollente pour 16 carmélites martyres de la révolution française, à la demande des évêques de France et de l'Ordre des Carmes Déchaussées.

Leurs voix ont résonné depuis l'échafaud alors qu'ils allaient à la mort le 17 juillet 1794, pendant le règne de la Terreur, période effrayante de la Révolution française qui a vu l'exécution d'au moins 17 000 religieux et le massacre d'au minimum 200 000 catholiques ( voir le génocide franco-français de Reynald Secher).

La canonisation équipollente, ou "équivalente", est, comme le processus de canonisation habituel, une invocation de l'infaillibilité papale par laquelle le pape déclare qu'une personne fait partie des saints du ciel. Elle évite le processus formel de canonisation ainsi que la cérémonie, puisqu'elle se produit par la publication d'une bulle papale.

À lire aussi | Saint Bienvenu

Une longue vénération du saint et une vertu héroïque démontrée sont toujours requises, et bien qu'aucun miracle moderne ne soit nécessaire, la renommée des miracles survenus avant ou après sa mort est prise en compte après étude par la section historique de la Congrégation des Saints.

Cette procédure est très rare. Le pape François a déclaré d'autres saints par canonisation équipollente, comme saint Pierre Faber et sainte Marguerite de Costello, ce que le pape Benoît XVI a également fait pour sainte Hildegarde de Bingen et que Pie XI a accordé à saint Albert le Grand.

Parmi ces martyrs, 11 religieuses, trois sœurs laïques et deux externes.

Inspirée par l'action spontanée de la seule novice parmi elles - et la première et la plus jeune à mourir - chacune des 16 membres d'un monastère carmélite de Compiègne a entonné le Laudate Dominum en montant les marches vers la guillotine. La prieure du couvent a accordé la permission solennelle de mourir à chaque sœur qui, agenouillée devant elle juste après avoir embrassé la statue de la Sainte Vierge dans ses mains, a monté les marches de l'échafaud. La prieure fut la dernière à mourir, sa voix résonnant jusqu'à ce que le métal brûle la tête et le corps.

Leur mort a calmé la foule et, dix jours plus tard, le règne de la Terreur a lui-même été réduit au silence, un exploit pour lequel les sœurs ont offert leurs exécutions à Dieu.

Le père John Hogan, carme profès et animateur sur EWTN, a ajouté son poids à la nouvelle de l'action du pape François sur Twitter.

"Ces sœurs carmélites sont restées fidèles à la foi, même si l'État exigeait qu'elles embrassent ce qui était finalement une nouvelle religion - le culte du séculier", a-t-il tweeté, ajoutant qu'il y a "de nombreux parallèles avec ce qui se passe aujourd'hui."

Leur fête restera le 17 juillet.

Un plan héroïque pour mettre fin à la Terreur

Béatifiées en 1906, la fidélité des sœurs à leurs vœux et le témoignage remarquable de leur mort ont inspiré des romans tels que "Le chant et l'échafaud", des films et même un célèbre opéra intitulé "Dialogue des carmélites", inspiré du livre du même nom écrit par le célèbre romancier et essayiste catholique Georges Bernanos.

Destinées à mourir dans le chaos de l'une des persécutions les plus anticatholiques que l'Église ait connues, les sœurs ont imité la manière dont les premiers chrétiens mouraient par leur piété et leur pratique des hymnes et offices traditionnels lorsqu'elles allaient accueillir leur mort.

Le monastère des Carmélites, fondé en 1641 à une heure de route au nord de Paris, était réputé pour sa ferveur et sa pratique religieuse. Ses filles allaient particulièrement pratiquer et témoigner de cette ferveur tout au long des années de la Révolution française.

Parmi les premiers actes de la Constitution civile du clergé anticatholique de 1790 figurent l'obligation pour les prêtres de jurer fidélité au gouvernement civil et l'interdiction de la vie religieuse, mais il faudra attendre deux ans pour que les sœurs soient finalement privées de la possibilité de porter l'habit et de prier en commun à l'intérieur des murs du monastère.

Le 14 septembre 1792, en la fête de l'Exaltation de la Croix, les carmélites cloîtrées, vouées à la clôture et consacrées par la consécration religieuse à la contemplation du ciel, réintègrent une société déchirée par le chaos sanglant de la Révolution française.

Ils avaient déjà formulé leur plan.

Selon le récit des événements rédigé par Sœur Marie de l'Incarnation, qui était absente au moment de l'arrestation et n'a donc pas été exécutée, à Pâques 1792, la prieure du couvent, Mère Thérèse de Saint-Augustin, a suggéré aux sœurs un vœu supplémentaire : offrir leur vie en échange de la fin de la Révolution française et de l'Église catholique en France.

Lorsque le couvent a été dissous en septembre après que le gouvernement ait pillé et confisqué toutes les églises catholiques des environs et de France, les sœurs ont poursuivi leur vie religieuse en se cachant dans un ensemble d'appartements à Paris pendant les deux années suivantes. La révolution s'aggrave de plus en plus avant que les sœurs ne soient découvertes et n'aient une chance d'accomplir leur vœu.

En 1794, le règne de la Terreur a commencé et le bain de sang s'est accéléré. En plus des 17 000 personnes exécutées par le Comité de sécurité publique, 300 000 personnes sont arrêtées, dont 10 000 mourront en prison.

Même les éléments culturels du christianisme font l'objet d'attaques. Les autorités font passer la semaine de travail à 10 jours, pour éliminer toute trace de christianisme dans la culture, y compris la pratique du repos dominical.

Le corps de Voltaire, proclamé patron des athées pendant le règne de la Terreur en raison de ses positions anticatholiques et athées véhémentes, est exhumé et défilé dans les rues. Le dictateur Maximilien Robespierre, qui a supervisé une grande partie du carnage, a également défilé dans les rues et a été proclamé dieu à l'intérieur de la célèbre cathédrale Notre-Dame, réaménagée en temple dédié à la déesse Raison.

Chanter des hymnes de louange

C'est dans ce climat qu'en juin 1794, les sœurs sont arrêtées, jugées et condamnées par le Comité de sécurité publique avec comme motif d'être "contre-révolutionnaires et fanatiques religieux". Après 26 jours de prison, le 17 juillet 1794, les 16 membres d'un monastère carmélite de Compiègne ont été transportés dans une charrette de prison ouverte dans les rues de Paris jusqu'à leur mort.

Le trajet dure deux heures. Le harcèlement constant de la grande foule rassemblée pour assister à leur sort et la difficulté des chevaux à gérer la foule ont contribué à cette longueur, sans compter que, selon les badauds, les chevaux étaient effrayés par l'odeur du sang provenant de semaines d'exécutions.

Sur le chemin de l'échafaud, les sœurs chantaient des hymnes de louange, dont le Miserere, le Salve Regina et les vêpres du soir, entre autres prières et chants. Sur le lieu de l'exécution, les sœurs ont chanté le Veni Creator Spiritus et le Te Deum, comme c'était la coutume lors de la profession des vœux religieux, et ensuite la seule novice, Sœur Constance, a prononcé ses vœux.

C'est toutefois l'intonation spontanée du Laudate Dominum par Sœur Constance à la fin, sur l'échafaud, qui était destinée à remplir l'imagination des compositeurs d'opéra et des romanciers, bien qu'elle soit souvent représentée dans les représentations artistiques comme le Salve Regina, le Veni Creator Spiritus ou le Te Deum.

L'histoire définitive, écrite en français et intitulée "Histoire des Carmélites de Compiègne", détaille le vœu proposé par Mère Teresa de Saint Augustin et le mode d'exécution.

À lire en anglais sur CWR

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *