Israël critiqué pour l'emprisonnement et le meurtre de journalistes

Le Comité pour la protection des journalistes a classé Israël comme le sixième pire contrevenant au monde pour la détention de journalistes.

Lorsque des images ont circulé montrant des soldats israéliens regroupant des hommes palestiniens en sous-vêtements dans un quartier du nord de Gaza le mois dernier, plusieurs journalistes internationaux ont identifié l'un de leurs collègues parmi le groupe.

Diaa Al-Kahlout, chef de bureau pour Al-Araby Al-Jadeed, une publication en arabe basée à Londres, a finalement été détenu pendant un mois sans inculpation avant sa libération.

Al-Kahlout, qui a déclaré avoir été battu et contraint de manger de la nourriture périmée pendant sa détention, faisait partie d'un nombre record de journalistes palestiniens arrêtés par Israël l'année dernière, selon le Comité pour la protection des journalistes. Le pays détenait 17 journalistes en prison lorsque le groupe de surveillance a effectué son décompte annuel, terminé en décembre et publié jeudi, le classant aux côtés de l'Iran et de l'Érythrée parmi les pires contrevenants en matière d'emprisonnement de journalistes.

"La position d'Israël dans le recensement pénitentiaire 2023 du CPJ est une preuve qu'une norme démocratique fondamentale - la liberté de la presse - s'effrite alors qu'Israël exploite des méthodes draconiennes pour faire taire les journalistes palestiniens", a déclaré Jodie Ginsberg, directrice générale du CPJ, dans un communiqué. "Cette pratique doit cesser."

Le classement de cette année des dix pires contrevenants marque la première fois qu'Israël y est inclus. La Chine et le Myanmar occupent les deux premières places de la liste, détenant respectivement 44 et 43 journalistes. Le CPJ décrit le rapport comme une "photo instantanée" et le compare à un "recensement", car il inclut les journalistes en détention gouvernementale au 1er décembre, mais pas ceux libérés avant ou emprisonnés après cette date. Dans l'ensemble, le nombre de journalistes emprisonnés l'année dernière - 320 - est le deuxième plus élevé enregistré par le CPJ depuis le début du recensement en 1992.

L'armée israélienne, qui administre la Cisjordanie, a déclaré dans un communiqué lundi qu'elle "prend toutes les mesures opérationnellement réalisables pour atténuer les dommages causés aux civils, y compris aux journalistes". Un porte-parole du gouvernement a déclaré au moment de l'arrestation d'Al-Kahlout qu'il faisait partie d'un groupe "d'hommes en âge de se battre et découverts dans des zones que les civils étaient censés avoir évacuées".

Une porte-parole de l'armée a déclaré que "lorsqu'une personne est arrêtée en raison d'incitation ou de participation à des activités terroristes, cela se fait sans lien avec sa profession."

Le CPJ a déclaré que la plupart des journalistes détenus par Israël sont originaires de Cisjordanie, où l'armée israélienne peut détenir indéfiniment des Palestiniens sans inculpation. Cela inclut le personnel de J-Media, une agence de presse qu'Israël a fermée en octobre après l'avoir déclarée "un bras du mouvement du Hamas".

"Comme vous le savez, l'occupation, en temps de guerre à Gaza, veut maintenant que la voix journalistique et médiatique soit absente", a déclaré Alaa al-Rimawi, le directeur de l'agence, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux avant son arrestation.

"Je m'excuse, je m'excuse car je pourrais ne pas être avec vous dans cette couverture et transmettre votre douleur, vos blessures et votre victoire, avec l'aide de Dieu." Sherif Mansour, coordinateur du programme Moyen-Orient pour le CPJ, a déclaré qu'Israël avait également utilisé des réglementations d'urgence pour fermer certaines agences de presse étrangères opérant dans le pays. Un tableau de bord en ligne créé par la Coalition d'urgence de la société arabe, un groupe de la société civile, a recensé au moins 29 attaques contre des journalistes depuis le 7 octobre, y compris des agressions physiques et des dommages ou confiscations de leur matériel.

Journalistes tués

Le CPJ a également recensé 83 journalistes et travailleurs des médias tués lors de la présente vague de combats dans la région, qui a débuté avec le massacre de 1 200 Israéliens par le Hamas le 7 octobre, dont 76 Palestiniens, certains affiliés au Hamas, et trois journalistes libanais.

"Nous constatons un nombre sans précédent de journalistes tués à Gaza", a déclaré Mansour dans une interview. Bien que le gouvernement israélien ait affirmé ne pas cibler les journalistes, il a déclaré en octobre à Reuters et à l'Agence France-Presse qu'il ne pouvait pas garantir la sécurité de leurs journalistes travaillant à Gaza. Israël n'a pas autorisé les journalistes internationaux à entrer à Gaza, sauf pour des visites limitées fournies par l'armée.

Plus de 24 000 Palestiniens ont été tués par Israël depuis le début des combats, selon les responsables de la santé dans l'enclave, contrôlée par le Hamas. En plus des journalistes parmi les civils que l'État d'Israël a reconnus comme une conséquence inévitable de sa guerre contre le Hamas, Mansour a déclaré qu'il semblait qu'Israël avait délibérément visé des reporters dans plusieurs cas.

Reuters a déclaré qu'un de ses journalistes, Issam Abdallah, avait été tué par des tirs de chars israéliens alors qu'il travaillait au Liban près de la frontière avec Israël en octobre. Une enquête de l'agence de presse a révélé que le groupe de journalistes visé deux fois par Israël était clairement identifié comme presse et n'était près d'aucun combattant. "Nous ne ciblons pas les journalistes", a déclaré Richard Hecht, porte-parole de l'armée israélienne, à Reuters à l'époque.

Mansour a déclaré que plusieurs journalistes à Gaza avaient été tués, ou que leurs familles avaient été tuées, lors de frappes aériennes israéliennes après avoir reçu des appels menaçants de responsables en Israël. Dans certains cas, il semblait s'agir de frappes de drones de précision, dont une contre Bilal Jadallah, qui dirigeait la Gaza Press House et a été surnommé le "père fondateur" du journalisme dans la région. Il a été tué lorsqu'un obus de char israélien a frappé sa voiture.

"Il y a au moins une douzaine de cas sur lesquels nous avons fait état de journalistes tués dans des attaques directes", a déclaré Mansour.

Journalistes affiliés au Hamas

Des responsables israéliens et certains groupes de défense d'Israël ont suggéré que certains journalistes avaient collaboré avec le Hamas lors de l'attaque du 7 octobre et étaient donc des cibles militaires légitimes. Mansour a déclaré que son organisation ne compte que les personnes qui s'engagent dans la collecte de nouvelles dans son décompte des journalistes tués et détenus, et ne suit pas les porte-parole politiques ou les militants.

À lire aussi | « Je suis François », la campagne de soutien au Pape François

Selon le CPJ, 27 des journalistes palestiniens tués à Gaza travaillaient pour des médias affiliés au Hamas, le mouvement qui contrôle la région depuis 2007.

Un porte-parole de l'armée israélienne a déclaré qu'un des journalistes répertoriés par le CPJ parmi les victimes à Gaza, Hamza Al-Dahdouh, était "un terroriste du Jihad islamique" impliqué dans le tir de roquettes sur Israël. L'armée a publié des documents plus tôt ce mois-ci affirmant que Al-Dahdouh était un militant, des affirmations vivement repoussées par des groupes de défense de la liberté de la presse et sa famille.

Mansour a déclaré qu'en plus de tuer un certain nombre de journalistes israéliens chez eux le 7 octobre (qui ne semblaient pas être visés en raison de leur profession), le Hamas avait restreint la liberté de la presse à Gaza avant la guerre actuelle. Cela comprenait la fermeture de médias associés au Fatah, la faction palestinienne rivale, et des pays qu'il considérait comme hostiles, comme l'Arabie saoudite, ainsi que la surveillance de l'activité des journalistes internationaux travaillant à Gaza.

Cet article a été initialement publié par Forward puis traduit par LeCatho | Lien original.

Quelle est ta réaction ?
J'adore
J'adore
0
J'aime
J'aime
0
J'aime pas
J'aime pas
0
Je déteste
Je déteste
0
Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *